Faire le ménage dans nos pensées en 5 étapes

Ce qui se passe dans notre tête a un impact énorme sur notre santé et même sur notre vie. Parfois destructrices, parfois créatrices, nos pensées et nos émotions influencent nos décisions, nos relations et nos actions, mais aussi l’équilibre chimique et physique de notre corps. Comment pouvons-nous transformer le contenu de ce tourbillon cérébral pour qu’il serve nos intérêts, nos désirs, nos souhaits et nos rêves?

La vie que nous menons est celle que nous avons créée. Elle est le résultat de nos actions qui, elles, découlent de nos décisions. Nos décisions dépendent quant à elles de nos émotions et de nos pensées. La question qui se pose alors : comment pouvons-nous orienter nos pensées pour qu’elles influencent positivement notre vie et notre santé?

1) Offrir une bonne nourriture sensorielle à notre cerveau.

Non, nous ne parlons pas d’alimentation ici (quoiqu’une saine alimentation aussi est bénéfique pour notre santé physique et mentale), mais bien d’informations. Les pensées qui traversent notre esprit prennent souvent naissance dans notre environnement.

Que ce soit les personnes qui nous entourent, les lectures que nous faisons, la musique que nous écoutons ou les émissions de télévision que nous regardons, toutes les informations sensorielles qui nous parviennent teintent nos pensées et nos émotions.

Si nous côtoyons des gens négatifs et colériques, travaillons pour un patron tyrannique qui nous rabaisse, regardons un bulletin de nouvelles déprimant chaque soir ou des émissions de téléréalité superficielles, notre cerveau s’imprègnera de ces informations et nos pensées et émotions reflèteront cette réalité.

​Vous aimez nos secrets de santé?

​Inscrivez-vous pour les recevoir gratuitement chaque semaine par courriel! Allez-y! C'est gratuit et ça prend 30 secondes!

Nous ressentirons du stress, de la colère, de la peur. Nos pensées seront négatives, destructrices, dévalorisantes. Nous perdrons de la confiance en soi et de l’estime de soi.

Au contraire, si nous nous entourons de gens bienveillants, généreux et aimants, écoutons des CD de croissance personnelle, lisons des livres de bien-être, entretenons une spiritualité (méditation, prière, etc.) et poursuivons notre éducation chaque jour, nos pensées seront plus sereines, positives, créatrices.

En offrant un environnement sain et des informations positives à notre esprit et à nos sens, nos pensées se transformeront peu à peu.

2) Implanter de nouvelles pensées.

Lorsque nous désirons éloigner les pensées négatives, nous devons inévitablement les remplacer par de nouvelles pensées. Plutôt que de laisser le hasard faire les choses (que nous aurons quand même un peu dirigé grâce au no 1), pourquoi ne pas choisir nos nouvelles pensées?

Ces pensées positives doivent être en accord avec nos buts, nos désirs, nos rêves. Par exemple : « j’ai tout ce qu’il faut pour réussir un cours de XYZ », « je fais les bons choix pour ma famille », « j’ai confiance en mes capacités », « l’opération de ma mère va se dérouler à merveille et elle reviendra plus en forme que jamais », etc.

Il existe de nombreuses façons de semer ce type de pensées comme la visualisation, les mantras (dire une phrase à plusieurs reprises dans notre tête ou à voix haute) et la méthode des post-its.

Cette dernière est particulièrement efficace au début du processus. Il suffit d’écrire la nouvelle pensée sur un petit papier que l’on colle à différents endroits stratégiques : miroir de la salle de bain, frigo, intérieur d’une armoire. On peut en glisser dans notre sac à main ou notre portefeuille, dans les tiroirs, etc. Bref, partout où se pose notre regard chaque jour.

À force de nous répéter ces phrases, nous nous les approprions. C’est un peu le principe du lavage de cerveau, mais positif et consentant!

3) Reconnaître nos pensées et les émotions qui s’y rattachent.

Pour mieux comprendre l’influence qu’ont nos pensées sur notre vie, il est important de reconnaître la nature de celles-ci. Nous devons nous demander si chacune d’elles sert nos intérêts, si elle nous aide à cheminer, à atteindre nos buts et nos rêves.

Si la réponse est non, l’étape suivante est de rechercher l’émotion qui a propulsé cette pensée dans notre conscience : la peur, l’inquiétude, la colère, la tristesse.

Ainsi, nous serons mieux outillé pour répondre adéquatement au déclencheur de cette émotion. Par exemple : « Je ne suis pas assez bon pour retourner à l’école. » Cette pensée provient peut-être de la peur. La peur d’échouer? La peur de devoir faire des efforts pour réussir?

En mettant le doigt sur cette émotion, il est plus facile de ne pas rester prisonnier de la boucle de pensées.

4) Une pensée n’est qu’une pensée.

Non. Nous ne sommes pas, à proprement parler, ce que nous pensons. La pensée n’est pas un fait, une loi ou une autorité. Se dire « je suis bon à rien » ne fait pas de nous un bon à rien.

S’il est possible d’être témoin d’une de nos pensées, cela signifie que nous sommes séparé de cette pensée. Nous sommes distincts.

Comprendre que nos pensées ne sont pas des vérités absolues, mais plutôt le reflet d’une perception et d’une interprétation, teinté de surcroît par nos émotions, peut nous aider à outrepasser les pensées négatives, à les accepter comme étant seulement des pensées et non des faits.

Il faut demeurer vigilant, car nos pensées peuvent finir par influencer qui nous croyons être. Autant utiliser cette notion à notre avantage en pensant des choses positives sur nous-mêmes.

5) Utiliser diverses techniques pour évacuer les pensées négatives.

Certaines pensées négatives peuvent être tenaces. Nous pouvons utiliser des techniques de méditation, de prière, de relaxation et de respiration pour nous aider à chasser ces pensées.

Une de ces méthodes consiste à inspirer profondément par le nez en s’imaginant remplir notre corps et notre esprit d’énergie positive, sereine, puis à expirer par le nez en s’imaginant évacuer les tensions, l’énergie négative et le stress avec l’air qui passe dans les narines. Répéter ce cycle autant de fois que nécessaire.

La cohérence cardiaque est une autre façon de réduire le stress associé à des pensées moins productives.

Mieux penser pour mieux construire

Nous ne sommes peut-être pas nos pensées, mais nos pensées façonnent notre vie. Elles influencent nos émotions (et vice versa), nos comportements, nos décisions, nos actions et même nos valeurs. Pour construire la vie de nos rêves, il faut commencer par y penser!

close

AIMERIEZ-VOUS UNE COPIE GRATUITE DE NOTRE LIVRE VITALITÉ?

​Dites-nous simplement à quelle adresse courriel envoyer votre copie.